stroobynox

Matthieu Stroobynox – Book

Le Coup de coeur de Stroobynox : Whiplash

Stroobynox a fait son choix

Whisplash est un film soigné, musical et surtout dérangeant. Ce film sorti le 24 décembre est une vraie perle qui vous fera passer par une palette d’émotions, tout comme Andrew, le jeune héros de cette histoire qui se laissera toujours plus emporter par sa passion.

 

Petit résumé

 stroobynox_whiplash_2

Andrew a 19 ans et est passionné de batterie. Il est doué et réussit à entrer au conservatoire de Manhattan. Une seule obsession depuis, que Terrence Fletcher lui fasse intégrer son orchestre au sein de l’école. Cet orchestre réunit en effet les meilleurs éléments qu’on puisse trouver dans l’établissement. Mais le jeune batteur ne se doute pas qu’il va se retrouver bientôt sous le joug d’un homme qui ne cessera de le mettre à l’épreuve pour éprouver sa volonté et son talent.

 

Critique

 stroobynox_whiplash_3

Whiplash a su réunir tous les éléments pour séduire, pourtant rien n’était gagné. En effet sur le papier, l’histoire paraît désuette : Andrew est bien décidé à devenir le meilleur et réussit à intégrer l’orchestre prestigieux de son établissement. Cependant, il devra se confronter à Terence Fletcher, qui ne cessera de balancer entre perversité et humiliation, selon lui, la seule méthode capable de révéler le talent. Un scénario qui sous la caméra de Damien Chazelle prend des airs de duel captivant et envoûtant dans lequel le jazz ne se révèle que dans la sueur et le sang. La tension permanente que l’on ressent le long du film est renforcé par une mise en scène et un éclairage qui rappelle les films dramatiques. Étonnant quand on sait que le réalisateur s’inspire de sa propre expérience pour dépeindre le tempo de son film. Quelques scènes volés et d’une réalité prenante, comme les plans sur les ampoules aux mains du batteur, permettent de rendre vivante et visible la souffrance de ces jeunes musiciens en pleine compétition. Nous ne sommes plus dans une salle de musique, mais bel et bien sur un ring de boxe où chacun devra gagner sa place pour avoir l’opportunité de se produire sur scène. Un match animé par Fletcher qui apparaît comme le principal bourreau de cette aventure.

 

Un récit maîtrisé dans ces moindres détails avec un twist final qui en étonnera plus d’un. Une fin d’ailleurs inattendue et en même temps tellement libératrices car elle relâche toute la tension accumulée tout au long du film. On assiste à une densification des personnages qui gagnent peu à peu de la complexité. L’ambiguïté dans l’affrontement entre le jeune batteur et son chef d’orchestre ne fait que s’étoffer. Miles Teller qui incarne Andrew arrive à donner au personnage une complexité rare, du pathétique, il évolue tout au long du film pour laisser découvrir un jeune garçon arrogant, prêt à toutes les bassesses pour devenir un grand. J.K Simmons dans le rôle du mentor apparaît d’abord sadique et cruel, mais dévoilera une âme tourmenté car incomprise. Pour lui, le génie ne peut se révéler que face à une réaction d’orgueil. Il ne cessera de ressasser l’histoire de Charlie Parker : roi du be-bop qui devient le Bird après avoir reçu une cymbale à la tête et des moqueries après une piètre prestation. Fletcher trouvera-t-il son Charlie Parker ? Finalement, c’est peut-être cela la vraie histoire de ce film.

 

Pour d’autres critiques de films, on suit Stroobynox sur son site.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 22 février 2015 par dans Non classé, stroobynox, et est taguée , .
%d blogueurs aiment cette page :